Encore à l’âge de la pierre jusqu'en 1962, encore loin de toute civilisation et unique­ment entourés de tribus voisines, les Sawis de la Nouvelle Guinée Néerlandaise étaient des cannibales chasseurs de tête qui prenaient les crânes,de leurs victimes comme oreillers. Parmi les Savzis, la traîtrise était plus qu'une manière de vivre; c'était «un idéal que d'innombrables générations de Sawis avaient con­çu, systématisé et perfectionné». Pour eux,«gaver d’amitié» une victime pour le massacre était la plus haute forme de traîtrise. Les héros des légendes sawis n'étaient pas ceux qui avaient pris le plus grand nombre de têtes dans une bataille ou une embûche, mais ceux qui le faisaient de la manière la plus perfide. Quel impact pouvait avoir l'Evangile de Jésus-Christ sur un peuple qui vénérait Judas comme étant un parfait exemple de virilité qui considérait le baiser de trahison comme l’ultime expression de la traîtrise? Dans les pages de ce livre, Don Richardson Raconte comment l'Enfant de Paix amena finalement la vraie paix à ce peuple Sawi de la Nouvelle Guipée Néerlandaise.




Ces livres pourraient vous intéresser